Nous vivons un changement radical de paradigme dans nos conceptions et approches de la santé éducative. Nous assistons à la transformation de notre être au monde dans nos sociétés de plus en plus enclin à des changements technologiques rapides et en transformation constante. La rapidité et la vitesse de traitement des mégadonnées, l’intelligence artificielle et le glissement du monde virtuel dans le monde réel exigent une autre forme de prédisposition cognitive et affective, une forme d’apprentissage profond à pouvoir réagir à la spontanéité et à la complexité de notre monde d’aujourd’hui et de demain. Les métiers et les emplois changent et se transforment très vite et le cerveau humain doit être formé et outillé pour contenir et négocier ces changements. Le développement des programmes et systèmes réalisant et utilisant des algorithmes très performants que l’on appelle communément de l’intelligence artificielle, et l’apparition des machines auto-apprenantes nous forcent à voir autrement l’apprentissage, le développement intégral humain et la durabilité de nos savoir.


Garder sa mémoire active devient aussi important que manger ou faire du sport. Nos modes de vie et de travail modifient grandement la façon dont nous vieillissons. De plus nous faisons face à des changements socio-démographiques sans précédent avec des sociétés de plus en plus vieillissantes ce qui engendre d’énormes besoins en services et des coûts liés à la santé et la sécurité des familles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *